Mise en place de l’ascenseur incliné de la résidence étudiante

Pourquoi un ascenseur incliné ?
L’ascenseur incliné de la résidence de la Porte d’Orléans répond à plusieurs critères.

Tout d’abord, il a la fonction « prosaïque » de desservir et relier l’ensemble des espaces communs de la faille diagonale.

Cette série d’espaces dédiés à la vie collective représente en quelque sorte l’espace public de la communauté de quatre-cents personnes qui vivent dans le bâtiment ; raison pour laquelle la faille débute dans le hall, au plus près de l’énergie urbaine du boulevard Jourdan. De ce point de vue, l’ascenseur incliné a la fonction métaphorique d’être un système de transport public au sein même du bâtiment. Au-delà de ça, il est aussi une évocation du métier de la maîtrise d’ouvrage qui est en charge des transports publics de Paris.

De plus, par sa nature d’élément mécanique mobile intégré à l’architecture qui, par définition, elle, est statique, est une référence au fait qu’un tel bâtiment est une sorte de machine typologique qui propose une alternative au logement étudiant habituel et ses espaces collectifs réduits. Le mouvement de l’ascenseur incliné anime la façade comme les véhicules et les personnes en déplacement animent l’espace public de la ville.

Enfin, il est aussi une référence à l’architecture constructiviste soviétique des années 1920, qui a glorifié, d’une part, l’esthétique de la machine et, d’autre part, s’est livré à de stimulantes recherches sur le logement dont notre projet est en quelque sorte l’héritier.

Fonction primaire de desserte, fonction poétique du mouvement d’une machine intégrée à l’architecture, fonction métaphorique de système de transport de la ville condensée qu’est ce bâtiment, fonction de référence historique célébrant une période architecturale qui s’est posé la question d’une adéquation entre forme architecturale et générosité sociale, l’ascenseur incliné est tout cela à la fois.